La conscience, une formidable boussole

La conscience est aujourd’hui reconnue comme le critère ultime des choix moraux. Suffit-il pour autant de la suivre pour poser de bons actes ? Il ne s’agit assurément pas d’un absolu surclassant la vérité et l’erreur. Nous sommes responsables devant notre conscience mais aussi de notre conscience, d’où l’importance de la former et de l’éclairer. Elle doit soupeser les principes généraux, les cas particuliers, les exigences à hiérarchiser, la nécessité de l’obéissance, les méfaits d’une soumission aveugle à l’autorité et les fruits de la confrontation avec le point de vue d’autrui. Ainsi outillée, elle peut devenir une formidable boussole capable de nous orienter vers le bien au fil des jours, dans un esprit de liberté. Voici ce que développe la théologienne et membre de la Congrégation de Notre-Dame Marie-Thérèse Nadeau dans la conférence disponible ici.