Donner vie aux histoires… pour bâtir la paix

Cette conférence des journalistes Mélanie Loisel et Robert F. Lalonde sur la paix cible particulièrement deux pays qui, à presque vingt ans d’intervalle, ont connu des atrocités innommables : la Syrie et le Rwanda. Si la situation de la population du premier est toujours périlleuse, celle du second s’est heureusement redressée, à la suite du terrible génocide de 1994, grâce à de nombreux relèvements spectaculaires dont on peut s’inspirer pour bâtir la paix. +

La culture religieuse à l’école et l’héritage du christianisme

Georges Leroux

Du passé religieux faire table rase? Le monde de demain sera-t-il culturellement homogénéisé? La diversité de pensée actuelle va-t-elle se fondre en un seul bloc? Dans les domaines culturels et religieux? Questions sensibles sur lesquelles le philosophe Georges Leroux travaille depuis longtemps. Il explique sa pensée dans la conférence disponible ici et portant sur son ouvrage Différence et liberté. Enjeux actuels de l’éducation au pluralisme (Boréal, 2016).
+

L’hospitalité dans le judaïsme, le christianisme et l’islam

Claudio Monge, o.p.

Nos politiques d’accueil, fondées sur l’économie, manifestent une volonté de ségrégation ou de contrôle de l’hôte accueilli. Face à ce constat, nous avons besoin de raviver l’esprit originel de l’hospitalité sacrée. L’hospitalité des religions abrahamiques entend montrer que le beau geste de l’accueil n’est pas une simple interaction entre des êtres humains. Il devient alliance entre le divin et l’humain, lieu d’échange d’un don. C’est ce que développe Claudio Monge, o.p., dans cette conférence intitulée L’hospitalité dans le judaïsme, le christianisme et l’islam : de la simple interaction à l’échange d’un don. Tant la conférence, organisée par l’Institut de pastorale des Dominicains et le Centre justice et foi, que la période de questions qui l’a suivie sont disponibles ici en format audio. +

Vivre avec les fidèles d’autres religions

Bruno Demers, o.p.

Des croyants de plus en plus nombreux, appartenant à des traditions religieuses différentes, apportent le témoignage d’un nouvel espace de dialogue entre les humains : celui qui se situe au niveau des convictions fondamentales inconditionnelles. Du sein de son engagement absolu dans sa propre religion, chaque interlocuteur apprend à développer une attitude de respect vis-à-vis des convictions de l’autre. Un nouveau pas est franchi à la faveur d’une véritable existence dialogale. Frère dominicain, professeur à l’Institut de pastorale des Dominicains, Bruno Demers nous invite, dans le texte disponible ici, à participer à la recherche d’une nouvelle convivialité. +

Quelles valeurs communes dans un Québec pluraliste?

Gérard Bouchard

En février 2012, une dizaine de personnes se réunissaient au CCCM en présence de M. Gérard Bouchard afin de réfléchir à la question suivante : De quelles valeurs avons-nous hérité après trois siècles de catholicisme québécois? Chaque participant y est allé de ses réponses qui chacune ou presque ont suscité des commentaires de M. Bouchard. Ce que vous trouverez ici est le compte rendu de cette rencontre qu’a rédigé M. Hubert de Ravinel. Avant la mise en ligne de ce document, chaque participant a eu la chance de réviser et d’étoffer ses interventions. Il nous a semblé pertinent de rendre disponible ce document afin de poursuivre la discussion. Toujours en lien avec la question des valeurs communes québécoises, nous avons inséré à la suite de ce compte rendu le rapport présentant les principaux résultats du sondage maison qu’a mené le CCCM sur ce thème dans les dernières semaines de l’année 2011. +

Écoutons la vérité de l’autre

Jean-Claude Guillebaud

Pour plusieurs, la mondialisation entraîne un «choc» des cultures, un choc bien souvent considéré menaçant. Jean-Claude Guillebaud propose de dépasser cette notion de choc, nous conviant plutôt à observer l’apparition de quelque chose de nouveau et porteur de promesses : une modernité métisse, une modernité fondée sur le rapprochement progressif des cultures. Vous trouverez ici un résumé de la conférence donnée par M. Guillebaud sur ce thème lors d’une soirée tenue en septembre 2010. +

Le pardon selon les trois traditions monothéistes

Karim Ben Driss

En février 2010, le CCCM invitait des membres des communautés chrétienne, juive et musulmane à réfléchir sur une valeur commune : le pardon. Trois panélistes, soit Marc-Alain Wolf, psychiatre, Bruno Demers, théologien, et Karim Ben Driss, sociologue, furent invités à exposer comment le pardon est présenté et vécu dans leur propre religion. Trois facettes du pardon furent abordées plus en profondeur par ces intervenants : la relation qu’il implique entre l’individu et Dieu, entre l’individu et l’autre, et entre l’individu et lui-même. Vous trouverez ici un résumé des interventions de M. Ben Driss et de M. Wolf, l’intégral de la conférence prononcée par M. Demers et un compte rendu des propos tenus lors de la période de questions qui a conclu cette rencontre. +

L’euthanasie, un geste humain nécessaire?

Monique David, Jean-Claude Breton et Hubert Doucet

Deux points de vue sur une question sensible : l’euthanasie est-elle un geste humain nécessaire? Le bioéthicien Hubert Doucet et l’infirmière Monique David proposaient déjà en 2009 des pistes de réflexion pour alimenter un débat toujours aussi vif. +

Ne pas se prendre pour Dieu en donnant

Jacques T. Godbout

Il y a plusieurs sortes de don. Il y a le don aux proches, ceux qu’on aime et à qui on donne, pour ainsi dire, «naturellement». Il y a le don étudié par les anthropologues, dans les sociétés dites «archaïques», mais qu’on retrouve aussi dans nos sociétés au moment des fêtes et des célébrations, comme à Noël. Ce don est accompagné d’excès, de gaspillage. Cette tendance au gaspillage est bien exploitée par les commerçants aujourd’hui. Ces dons se retrouvent dans toutes les sociétés. Enfin, il y a ce don aux étrangers, symbolisé dans l’évangile par l’épisode du Samaritain. Jacques T. Godbout propose ici une réflexion sur ce don pur, ce don gracieux dont il faut néanmoins se méfier des effets pervers qu’il peut avoir sur le receveur. +