Conférence
L’INFORMATION RELIGIEUSE AU QUÉBEC

Cette soirée réunira deux conférenciers : Francois Gloutnay et Jean-Pierre Proulx.
Avec Jean-Pierre Proulx nous ferons un survol des périodes phares sur l’histoire religieuse:
👉 L’âge d’or et le déclin de l’information religieuse -1865-1984
👉Du concile Vatican II (1965) à la visite de Jean-Paul II (1984).
Un clin d’oeil sera fait sur:
– les reporters spécialisés
– l’ouverture des évêques
– la Commission Dumont
– le comité des communications de l’Office des communications sociales
– la théologie de l’information religieuse
– le déclin fatal
François Gloutnay interviendra pour aborder le traitement du fait religieux au Québec: entre animosité, silence et indifférence

En 1985, durant l’Année internationale de la jeunesse, le responsable de la chronique Religion du quotidien Le Devoir demande à un journaliste âgé de 25 ans d’aller couvrir, durant deux jours, un colloque organisé par l’Assemblée des évêques du Québec. Deux autres journalistes Religion couvriront aussi cet événement.
Trente-cinq années plus tard, une telle couverture serait impensable. Si l’on excepte les dépêches en provenance du Vatican, la présence du fait religieux dans les médias québécois est devenue famélique. Quant aux quotidiens d’ici, ils n’ont plus de journalistes ou même de chroniqueurs dédiés aux affaires religieuses depuis déjà un bon moment.
Mais il serait faux de prétendre que le traitement médiatique du fait religieux épouse l’image négative que récoltent les religions et les Églises dans l’espace public. Les médias ne maltraitent pas les religions et les Églises, pas plus qu’ils ne maltraitent les politiciens, les policiers, les artistes et les athlètes professionnels. Mais ils méconnaissent les religions, et chaque jour davantage. Conséquence: les patrons de presse et les journalistes les ignorent. En réaction, après avoir investi dans leurs propres outils de visibilité, les autorités religieuses s’enferment dorénavant dans le silence.
++ Quelques mots sur les conférenciers
📸 Chroniqueur web, blogueur et formateur web,en communication, François Gloutnay est aujourd’hui journaliste auprès de l’agence de presse Présence. Rédacteur pigiste pour différents journaux et magazines, il a été responsable des communications auprès de l’organisme de coopération internationale Développement et Paix durant près de 25 ans. Animateur d’un blogue spécialisé depuis 2008, il collabore à quelques organismes à titre de gestionnaire de leurs communautés Web. Il est le webmestre de la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly.
En 2007, Communications et société lui a offert le prix Hommage pour “sa contribution exceptionnelle à la sensibilisation et à la formation à Internet dans les réseaux de l’Église”. En 1985, il reçoit le prix de journalisme (le Prix Claude-Masson) de l’Association canadienne des périodiques catholiques. En 2018, il a reçu le prix de journalisme Marie Guyart offert par l’Association des médias catholiques et oeucuméniques (AMéCO).
📸 Jean-Pierre Proulx est bien connu pour ses interventions publiques dans le domaine de l’éducation, comme journaliste, professeur à la Faculté d’éducation de l’Université de Montréal et président du groupe de travail ministériel sur la place de la religion à l’école.
De 1991 à 2008, il a été professeur à l’Université de Montréal. Titulaire d’un doctorat de l’Université de Montréal (1980), il s’intéresse à l’éducation québécoise depuis le début de sa carrière. Journaliste spécialisé dans les questions religieuses et d’éducation pendant 17 ans au quotidien “Le Devoir”, il a aussi occupé différentes fonctions au Conseil scolaire de l’île de Montréal (1974-1977) et au ministère de l’Éducation du Québec (1977-1980). Jean-Pierre Proulx a notamment marqué la société québécoise avec le rapport Proulx sur la place de la religion dans les écoles (1999). Soulignons enfin qu’il a été président du Conseil supérieur de l’éducation du Québec de 2002 à 2006.
*****************************************
Cette soirée se tiendra ce jeudi 18 novembre 2021 en l’auditorium de l’Institut de pastorale des Dominicains, située au 2715, Côte-Sainte-Catherine, à Montréal
⚠️ Début de l’accueil dès 19h.⚠️ Présentation du passeport vaccinal avec preuve d’identité exigé⚠️ Masques et désinfectant à main disponibles sur place
👉Autobus 129 – métro UdeM.
👉Stationnement gratuit à droite de l’église.
👉Une contribution volontaire de 10 $ est suggérée.
Pour des renseignements additionnels, écrire à info@cccmontreal.org